juil 262010
 

تحميل لعبة الروليت فون http://micahsherman.com/?node=Money-Mad-Monkey-speel-speelautomaten-online Money Mad Monkey speel speelautomaten online http://www.muutosmarkkinointi.fi/?art=Slot-Powers&19d=8c Slot Powers http://www.insign.fr/?art=%D9%83%D8%A7%D8%B2%D9%8A%D9%86%D9%88-%D8%AC%D8%AF%D9%8A%D8%AF-%D8%A7%D9%84%D9%85%D8%A7%D9%84-%D8%A7%D9%84%D8%AD%D9%82%D9%8A%D9%82%D9%8A&a7a=46 كازينو جديد المال الحقيقي http://dtfl.de/?node=%D9%81%D8%AA%D8%AD%D8%A9-%D8%A7%D9%84%D8%B3%D9%84%D8%A7%D8%B7%D9%8A%D9%86-%D9%81%D9%88%D8%B1%D8%AA%D8%B4%D9%86&689=4e فتحة السلاطين فورتشن

Sans diplôme fixe

Première constatation: pour le futur Community Manager mais aussi pour le recruteur, aucune formation diplômante de référence n’existe à ce jour. De plus, les offres de cours sont à compter sur les doigts de la main.

Métier émergent, le Community Management est encore trop méconnu, incompris, sousestimé. On hésite presque à parler de métier tant le concept est nouveau.

Le Community Manager est-il un chef de projet? Un G.O.? Un animateur? Un communicateur? Un webmaster spécialisé? Un rédacteur web? Tout cela à la fois? Difficile de répondre à ces questions sans véritables références. A l’heure actuelle, il est plutôt un S.D.F. (Sans Diplôme Fixe) du web, une sorte de funambule du net qui virevolte entre inventivité et débrouillardise.

Selon letudiant.fr, le Community Management « est considéré comme une branche des métiers de la communication, proche du marketing [...] Les profils recherchés? Des jeunes bac +4 ou bac +5 dotés de qualités rédactionnelles et qui sont capables de s’adresser à des publics différents, qui connaissent par cœur le Web 2.0 et s’intéressent aux nouvelles technologies [...] Quant aux salaires, ils dépendent des années d’expérience, mais ils s’apparentent à ceux d’un chargé de communication ou d’un attaché de presse. »

Je me demande ce que signifie exactement « connaître par coeur le web 2.0″ après 10 ans de débat sans fin sur la définition même du web 2.0…

Sur le terrain, c’est le flou artistique et les rares virtuoses du Community Management se confondent avec des cohortes de stagiaires issus des facs de lettres, des écoles de commerce, des filières de communication ou de marketing.

Forme-toi comme tu peux

C’est ainsi qu’on pourrait résumer les possibilités actuelles. Il existe bien quelques offres isolées, essentiellement des formations complémentaires ponctuelles ou cours de perfectionnement.

Par exemple:

  • cours sawi (Centre suisse d’enseignement du marketing, de la publicité et de la communication, Lausanne, Suisse): Spécialiste en management de communautés & médias sociaux. Il s’agit d’une formation complémentaire destinée à des personnes déjà en activité professionnelle qui souhaitent acquérir de nouvelles compétences. Le cours est structuré en 5 modules de 4 jours, coûte CHF 9300 (environ € 6800) et débouche sur un diplôme sawi;
  • l’Université de Barcelone délivre un diplôme post-grade de Community Manager & Social Media. Il est destiné aux licenciés en journalisme, sociologie, sciences politiques et de l’art. Egalement aux professionnels impliqués dans le marketing et la communication des entreprises, gestionnaires responsables des départements marketing et communication, chefs de produits, administrateurs et dirigeants de contenu numérique, chercheurs des médias et des études de marché, écrivains et tous ceux qui s’intéressent aux médias sociaux;
  • l’institut de formation Inese (Madrid, Espagne) propose un cours intensif de gestionnaire de communautés (19h sur 2 1/2 jours). Au programme: analyse des principaux concepts de médias sociaux, du rôle de Community Manager, l’importance et la gestion des blogs d’entreprise, les technologies, les stratégies et les mesures utilisées pour gérer une communauté en ligne et des exemples de réussite dans le marketing des médias sociaux. La formation est destinée aux professionnels des branches suivantes: marketing, communication, Internet, systèmes d’information, service clients, centres d’appel, e-business, qualité et de responsabilité sociale des entreprises. Un certificat est délivré au terme de la formation: Prix: € 885 TTC.

Si vous en connaissez d’autres, merci de les partager dans les commentaires.

[Mise à jour 2010-07-26T23:18:59] Il semble que l’Université d’Alicante ait mis sur pied sa propre formation d’une durée de 30 heures: El Community Manager en la empresa.

Des initiatives certainement méritoires mais comme nous sommes encore à l’an 0 de la formation en Community Management, nous ne disposons pas du recul nécessaire pour les évaluer; les candidats n’auront que leur bon sens pour juger de la valeur de telle ou telle formation.

A priori les contours et la structure des cours existants sont encore flous, le contenu arbitraire. Quels sont les prérequis? Quelles sont les méthodes? Quels seront les compétences acquises? Quelles sont les formations préalables? Quelles formations complémentaires? Quid de la formation continue? Qui sont les partenaires (entreprises, Etat)?

Former à une combinaison de métiers

Presque tous les nouveaux métiers du web sont complexes et difficiles à appréhender, en raison de leur caractère multidisciplinaire et hautement évolutif. Leur terrain de jeu aussi se complexifie chaque jour un peu plus, en raison de la convergence numérique notamment.

Il est difficile de donner un cadre précis aux compétences du Community Manager tant celles-ci sont multiples et variées. Au point d’ailleurs qu’il paraît presque impossible de former le futur Community Manager aussi bien à la communication, aux relations publiques, aux médias, au marketing en ligne, au blogging, à la création multimédia, aux réseaux sociaux, aux plates-formes communautaires, aux outils, aux mécanismes communautaires, à la psychologie des masses, je vous laisse continuer la liste.

Si on y applique un système de formation classique, linéaire, systématique, basée sur la fragmentation des disciplines et la spécialisation, la formation sera longue et fastidieuse.

Sans compter qu’un cours théorique est clairement insuffisant, il faut pratiquer, mettre les mains dans le cambouis. Peut-on imaginer des exercices pratiques de Community Management dans une salle de classe ou un labo? En partie seulement car la pratique se fait véritablement sur le terrain, dans un contexte réel. Et il faut du temps. Il est illusoire de vouloir former quelqu’un en quelques heures de cours, voire en quelques jours.

Et que dire de l’accélération technologique? Le temps de monter une formation, les outils et les usages ont déjà changé. Imaginez un webmaster formé il y a 10-12 ans et qui s’en tiendrait aujourd’hui à cette formation: il serait complètement perdu. La fameuse vidéo Did You Know affirmait en 2008 déjà que les écoles étaient condamnées à préparer les étudiants à des métiers qui n’existent pas encore, qui seront basés sur des technologies qui n’ont pas encore été inventées, afin de résoudre des problèmes dont ils ignorent l’existence.

Tout ceci nous force immanquablement à repenser la manière même dont nous nous y prenons pour enseigner et former, sur la forme et le fond. Je n’ai pas la science infuse et, par conséquent, je ne détiens pas la solution idéale. Ceci dit, une approche distribuée basée sur des pôles de compétences (p.ex. communication, plates-formes, méthodes, etc) autonomes tout en étant interconnectés me paraît être une piste intéressante. Ainsi, le futur Community Manager bénéficierait d’une formation spécialisée et progressive, voire continue, au travers de modules et de cours dispensés par des spécialistes. On pourrait même imaginer un système de niveaux, selon les cours suivis, comme cela se fait dans d’autres professions.

En outre, je pense qu’il y a beaucoup à apprendre des grandes communautés Open Source en matière de formation d’avenir. A explorer durant une prochaine réunion des Community Managers romands ;-)

Le marché de l’emploi

Du côté des employeurs, la situation n’est pas des plus réjouissantes. Certes les offres d’emploi se multiplient mais leur teneur frise souvent le grand n’importe quoi. On y trouve pêle-mêle stages et petits CDDs à temps partiel, cumul de tâches qu’on ne sait pas à qui confier, vagues postes d’assistant, j’en passe et des meilleurs. Pas facile d’y voir clair pour les recruteurs comme pour les postulants. Et quand on tombe sur des annonces de stages trimestriels pour juniors payés au lance-pierre, on se dit qu’il reste du chemin à faire pour que la profession acquière la légitimité qu’elle mérite.

Soulignons cependant que les offres sérieuses existent (il faut bien chercher), telles que celles proposées par le World Economic Forum:

Cercle vertueux

Pour que la mayonnaise prenne, il faut qu’un cercle vertueux se forme entre les écoles/formateurs, les entreprises et les étudiants. En effet, les entreprises ne créeront pas de postes à vraie valeur ajoutée tant que le métier ne sera pas mieux défini et reconnu. Le métier ne sera pas mieux défini et reconnu sans formation de référence.

Dans le même temps, les salles de cours ne se rempliront pas tant que les entreprises n’offriront que des stages sous-payés. Et les étudiants n’investiront pas (ni ne s’investiront) dans une formation pour les mêmes raisons. Les écoles ne mettront pas de formations approfondies sur pied sans une véritable demande. Et ainsi de suite.

J’ignore qui doit s’y mettre le premier. Chacun devra probablement apporter sa pierre à l’édifice pour que les choses avancent. Espérons que de nouvelles initiatives innovantes verront le jour prochainement!

  One Response to “Formation, emploi: où en sommes-nous?”

Comments (1)
  1. Merci bcp de cet article complet sur le sujet. Extension et reconversion pour d ex knowledge managers ou webmasters appreciant la communication one to one et globale, formes au marketing b to c et b to b et nourris du web et de ses plateformes changeantes avec une conscience juridique et un zeste d e reputation et d ergonomie, il y faut la forme et le fond, trop lourd a assumer en debut de carriere, mais des modules ac cas de chaque theme de savoir peut aider.

 Leave a Reply

(required)

(required)


*

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>